90 milliards de CFA pour le Projet Eau, Electricité et Développement urbain de Brazzaville et Pointe-Noire

Les députés congolais lors de la cloture d'une session
Les députés congolais lors de la cloture d’une session

Les députés congolais ont approuvé, mardi à Brazzaville, deux accords de financement estimés à plus de 90 milliards de FCFA, en vue de la poursuite des activités du Projet Eau, Electricité et Développement urbain (PEEDU) à Brazzaville et Pointe-Noire, les deux grandes villes du Congo, annonce ce mercredi un communiqué officiel.

Ce projet, qui devrait s’achever le 31 décembre 2015, est réalisé par le gouvernement congolais en partenariat avec la Banque mondiale. Ce nouveau financement permettra d’atteindre environ 1.400.000 autres bénéficiaires à côté des 900.000 bénéficiaires du premier volet.

Ainsi, le projet de loi adopté par les députés autorise la ratification de l’accord de financement additionnel entre la République du Congo et l’Association internationale de développement urbain (AID).

Dans le même cadre, le projet de loi autorisant la ratification de l’accord de prêt additionnel entre la République du Congo et la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) relatif au financement dudit projet a été validé.

Cet accord de prêt est de l’ordre d’environ 22 milliards 500 millions de FCFA. Il s’agit d’un financement additionnel au profit du PEEDU, dédié à améliorer la fourniture d’électricité dans les deux principales villes du Congo.

Ce crédit est destiné au volet Electricité, en complément aux importants investissements déjà réalisés et en cours d’exécution par le gouvernement. Les ressources seront utilisées pour financer, entre autres, la réhabilitation, le renforcement du réseau de transport et de distribution de l’électricité à Brazzaville et à Pointe-Noire; l’amélioration de la performance opérationnelle de la Société Nationale d’Electricité (SNE); le renforcement institutionnel et le développement des capacités de la Société Nationale d’Electricité (SNE).

Ce deuxième financement permettra de régler, de façon significative, la question de la fourniture d’électricité aux populations des villes précitées. Ce financement favorisera, entre autres, la création de sept départs à Brazzaville et neuf départs à Pointe-Noire pour la distribution de l’électricité, respectivement sur environ 80 km et 86 km.

Il permettra aussi la réhabilitation de 25 postes de transformation électrique à Brazzaville et 15 à Pointe-Noire, la construction de 30 nouveaux postes de transformation électrique dans la capitale et 20 à Pointe-Noire, la construction de six nouvelles agences technico-commerciales à Brazzaville et Pointe-Noire.

En termes d’indicateurs de performance, le pourcentage de pertes de distribution totales par an à Brazzaville et Pointe-Noire passera de 54% à 35%; le pourcentage du taux de recouvrement par an dans les deux capitales passera de 70% à 90% ; 600 km de lignes de transport supplémentaires seront également construites. Les dates de remboursement du principal sont les 15 octobre et les 15 avril de chaque année, à compter du 15 octobre 2023 et ce, jusqu’au 15 avril 2045.

Le taux d’intérêt est de 2,27%. L’entrée en vigueur de ce financement est conditionnée par, entre autres, le dépôt dans le compte des fonds contrepartie du projet, d’un montant de 75 milliards de FCFA par le gouvernement congolais. Pour éviter un risque de défaut de paiement, le gouvernement pourrait demander appui à la BIRD, de façon à répondre à chaque engagement échu.

LEAVE A REPLY