Reboisement dans la region de l’extrême nord du Cameroun – La solution qui vient de la jeunesse

La plantation des arbres dans une région exposée aux menaces de sécheresse et de la désertification (PHOTO: Usman Inuwa)
La plantation des arbres dans une région exposée aux menaces de sécheresse et de la désertification (PHOTO: Usman Inuwa)

Par Rosine Nkonla Azanmene

Près de 300 jeunes recrutés dans le cadre du « Programme Spécial pour l’Emploi Urbain » (USEP), s’emploient au reboisement de l’extrême nord. La région du pays la plus exposée aux menaces de sécheresse et de désertification, du fait de sa position géographique en zone sahélienne

Tous les matins, plusieurs jeunes dont l’âge varie entre 18 et 35 ans, sont à pied d’œuvre pour conduire les activités de la phase pilote du Programme Spécial pour l’Emploi Urbain.

Dans le cadre de cette phase prévue pour une durée de 18 mois, près de 300 jeunes issus des 07 Communes de la région (Maroua 1er, Maroua 2ème, Maroua 3ème, Mokolo, Mora, Kousseri et Mogodé), procèdent à l’embellissement des espaces urbains mais surtout à la plantation des arbres, grâce aux équipements mis à leur disposition par les pouvoirs publics.

Depuis le démarrage du projet en mars 2015, près de 500 nimiers ont été plantés dans toutes la région.

L’Extrême-Nord est la région du pays la plus exposée aux menaces de sécheresse et de la désertification, du fait de sa position géographique en zone sahélienne. Le faible niveau de précipitations qui s’en suit contribue à accélérer l’aridité des sols, au maintien des températures élevées et à la disparition progressive du couvert végétal déjà peu dense.

La raréfaction des ressources combinée avec l’accroissement de la pression démographique sur le milieu naturel entraîne une dégradation de l’environnement, dont les méfaits se font sentir chaque jour. Selon les évaluations faites en 2013, la désertification fait perdre annuellement près de deux millions d’hectares au Cameroun, notamment dans les zones arides du septentrion.

Dans certains bassins comme ceux de la Bénoué et du Logone-et-Chari, la diminution des ressources en eau a entraîné d’importants mouvements de populations à la recherche d’un meilleur cadre de vie.

A Maroua, la délégation régionale de l’Environnement et de la Protection de la nature, a décrété la mobilisation générale. Objectif : Sensibiliser davantage les populations notamment les jeunes, sur la nécessité de protéger l’environnement pour le rendre plus agréable à vivre.

Les programmes de reboisement seront étendus dans les six départements de l’Extrême Nord,  où on prévoit la plantation de plus de 100.000 arbres en vue de revivifier les écosystèmes dégradés. Des mesures seront prises pour un meilleur suivi des arbres plantés, en les protégeant notamment contre les petits ruminants. Assure KALBASSOU Tabita, la  Coordonnatrice du programme USEP.

Ledit programme est le fruit de la collaboration tripartite entre le Ministère camerounais de l’Economien de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, du Fond National de l’Emploi, et des Mairies. il vise l’accompagnement les municipalités dans leurs missions d’assainissement urbain, et la création à terme de près de 2 000 emplois de proximité, à travers la promotion des activités à haute inténsité de main d’œuvre.

LEAVE A REPLY