Les acteurs nigériens du changement climatique en consultation nationale sur l’agenda 2017-2020 du WASCAL

(PHOTO: ClimateReporters/Kané Illa)
(PHOTO: ClimateReporters/Kané Illa)

Par Kané Illa

Le mardi 29 décembre 2015, la salle de conférence de l’hôtel Terminus de Niamey a servi de cadre à un atelier sur les consultations nationales au sujet de l’agenda 2017-2020 du programme de recherche du Centre ouest-africain de service scientifique sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (WASCAL en anglais).

Cette rencontre a regroupé les acteurs nigériens œuvrant dans le domaine du changement climatique.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été présidée par le Professeur Abarchi Habibou, Recteur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey qui abrite le programme WASCAL au niveau du Niger.

Dans son mot de bienvenue, le Directeur de ce programme, Dr Rabani Adamou a déclaré que le WASCAL est «un programme régional de recherche multidisciplinaire et interdisciplinaire dont les résultats visent à éclairer les politiques tant au niveau régional que national» et qu’il travaille «à innover et à renforcer les infrastructures de recherche et la capacité des pays ouest-africains en matière de changement climatique et de l’utilisation adaptée des terres, des ressources en eau et d’autres domaines connexes comme la biodiversité, la sécurité alimentaire, l’énergie».

Dr Rabani Adamou a poursuivi en précisant que le WASCAL est initié et financé par la coopération allemande et qu’il intervient au Niger «par le biais du programme de formation Changement climatique et Energie de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (MRP-CCE)».

Il a ajouté que dix étudiants issus de dix pays ouest-africains ont été formés par le programme WASCAL du Niger. «Le programme WASCAL pour devenir l’une des organisations leaders en matière de production de connaissances et d’informations climatiques en Afrique, prépare un agenda de recherche 2017-2020 qui prendra en compte les priorités de recherche des pays ouest-africains.

Les consultations nationales, objet du présent atelier, visent la prise en compte des attentes et besoins des parties prenantes de notre pays», a conclu Dr Rabani Adamou. Quant au Recteur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, il s’est d’abord attardé sur les différents secteurs dans lesquels le programme WASCAL collabore avec les universités ouest-africaines.

Il s’agit notamment de : Changement climatique et Agriculture (Doctorat – Mali); Changement climatique et biodiversité (Doctorat – République de Côte d’Ivoire); Changement climatique et ressources en eaux (Doctorat – Bénin); Changement climatique et utilisations adaptées des terres (Master-Nigéria, Doctorat -Ghana); Changement climatique et système climatique Ouest-Africain (Doctorat – Nigéria); Changement climatiques et Economies (Doctorat – Sénégal); Changement climatique et sécurité humaine (Master, Togo); Changement climatique et Education (Master – Gambie) et Changement climatique et Energie (Master – Niger).

Le Professeur Abarchi Habibou a ensuite souligné le fait que la collaboration entre le WASCAL et les universités ouest-africaines vise «la production de connaissances scientifiques adaptées par le biais de la recherche en matière de changements climatiques afin de mieux réduire la vulnérabilité de nos états et d’accroitre les capacités de résilience de nos populations».

Il a salué la coopération allemande et a estimé que le programme WASCAL «permettra de mieux faire face aux conséquences multiformes du changement climatiques à court et moyen termes dans notre région».

Après le cérémonial d’ouverture, les travaux de l’atelier se sont poursuivis avec la présentation du WASCAL par Dr Rabani Adamou et Dr Mamadou Ouattara, ancien Directeur du Graduate Program de WASCAL.

Les participants ont ensuite été répartis en six groupes de travail, afin de réfléchir sur les besoins du Niger à soumettre au programme de recherche de WASCAL lors des consultations régionales qui auront lieu au mois de janvier 2016 à Cotonou (Bénin).

A l’issue de leurs travaux, les différents groupes ont fait des propositions qui seront compilées dans un document que les cinq (5) représentants du Niger à la rencontre de Cotonou vont défendre.

Créé en 2012, le WASCAL «travaille à innover et à renforcer les infrastructures de niveau régional et la capacité des africains en matière de changement climatique et l’utilisation adaptée des terres et des ressources en eau ».

Il est doté d’une Direction Exécutive (l’administration principale) et d’un Programme de renforcement des capacités, tous basé à Accra (Ghana), ainsi que d’un Centre de compétence basé à Ouagadougou (Burkina Faso). L’objectif global des consultations nationales est «d’assurer la prise en compte dans le programme WASCAL : des priorités en terme de recherche nationale; des besoins nationaux en informations et en services sur les changements climatiques et l’utilisation des terres».

LEAVE A REPLY