Guessabo: Les pêcheurs impuissants face au changement climatique

L’hepsetus odoe, l’une des espèces de poissons en voie de disparition à Guessabo. (Ville située dans le département de Zoukougueu, à l’Ouest de la Côte d’Ivoire)
L’hepsetus odoe, l’une des espèces de poissons en voie de disparition à Guessabo. (Ville située dans le département de Zoukougueu, à l’Ouest de la Côte d’Ivoire)

Par Aïssatou Fofana

Située à l’ouest de la Côte d’Ivoire à 440 Km d’Abidjan, précisément dans le département de Zoukougbeu, Guessabo est une sous-préfecture, reconnue pour être la “cité du poisson” il y a de cela quelques décennies.

Cette circonscription de la Région du Haut-Sassandra approvisionnait toutes les localités environnantes en poisson. Aujourd’hui, les pêcheurs de Guessabo font face au changement climatique qui s’est traduit par l’assèchement peu à peu du fleuve Sassandra.

Comment ces pêcheurs font-ils pour s’adapter à ce changement ?

La  pêche se meurt…

Des pêcheurs aux revendeuses en passant par les mareyeuses, tous sont unanimes sur un fait : la pêche n’est plus ce qu’elle était à Guessabo. En plus de l’assèchement du fleuve, les pratiques de certains pêcheurs ont contribué à la raréfaction des poissons dans le fleuve Sassandra.

Pour TamagnonTientaho, Vice-président de l’Association des pêcheurs de Guessabo (Benkadi), la pêche a perdu son lustre d’antan. Pêcheur depuis 1972, Tientaho estime que la raréfaction des poissons dans le fleuve Sassandra est due à la crise militaro-politique qu’â connu la Côte d’Ivoire en septembre 2002 qui avait vu le pays divisé en deux. ’’Durant cette période’’, nous explique-t-il, ’’La pêche était pratiquée sans réglementation. Il n’y avait aucune restriction puisque aucune autorité ne légiférait. Aujourd’hui, les poissons se font rares.’’

Ce qui selon lui n’est sans difficultés. “Nous faisons face à de nombreux problèmes car ne nous savons comment pallier cela. Auparavant, l’on pouvait se rendre à tout moment sur le fleuve et trouver facilement des poissons, actuellement il faut souvent attendre un mois avant d’espérer en trouver’’, fait-il savoir.

Une situation qui n’est pas sans conséquence pour des personnes qui dépendent essentiellement de la pêche. Et qui amène les pêcheurs à se tourner vers les petits poissons qui sont censés assurer la pérennité des poissons et de leurs espèces.

Il n’est donc pas rares de voir des pêcheurs pêcher avec des filets de 10, 15 e 20 mm au lieu de 35 mm comme il l’est recommandé. C’est ce que nous a expliqué le Lieutenant Gauze, représentant du ministère des eaux et forêts à Guessabo.

“La pêche est en train de mourir’’, dit-il avec regret.

‘’Les pêcheurs ne respectent pas les consignes de pêche. Par exemple, l’on doit avoir 3 pêcheurs au km2 mais sur le fleuve, 25 pêcheurs peuvent se retrouver à pêcher dans le même périmètre. La situation est alarmante, car l’activité de pêche est menacée. Nous avons attiré l’attention des autorités compétentes, mais jusque-là aucune action concrète n’a été menée sur le terrain’’, finit-il par dire.

Dame Djeneba, mareyeuse consciente des conséquences de l’achat de ces poissons non réglementaires se sent obligée de les acheter. Car déplore-t-elle’ “comment faire pour subvenir aux besoins de la famille sinon’’ ?

Avant d’avouer la mort dans l’âme “Si j’avais le choix, je n’achèterais pas ce genre de poissons car ils ne sont pas rentables. Deux ou trois gros poissons seraient plus bénéfiques pour moi que deux bassines remplies de petits poissons. Mais je n’ai que cette activité, que puis-je faire d’autre “?

Les gros poissons se font rares dans le fleuve Sassandra.
Les gros poissons se font rares dans le fleuve Sassandra.

Le recours à d’autres activités

Certains pêcheurs, ne sachant plus quoi faire face à la raréfaction du poisson  dans le fleuve Sassandra, essaient de diversifier leurs sources de revenu.

Ce qui n’est pas toujours facile.

Ali  Samaké qui a été pêcheur toute sa vie, s’est tourné vers l’élevage de bétails “J’ai été pêcheur toute ma vie. Mais avec la situation je me suis tourné vers l’élevage de bœufs pour subvenir aux besoins de ma famille. Mais là encore je fais face aux problèmes de pâturage car la totalité des terres disponibles est utilisé pour les cultures. Du coup, je ne sais où faire pâturer le bétail’’.

En dehors de l’élevage, bon nombres se sont reconvertis en agriculteurs, commerçants ou  couturiers.

Changer les méthodes de pêche oui, mais…

La pratique de la pêche artisanale et celle intensive a conduit à la disparition de certaines espèces de poissons.

C’est le cas du poisson appelé ‘’Cameroun’’ ou localement ’’Ahoussou Koffi’’.  Bamoué, qui nous a servi de guide lors de la visite de certains campements de pêche, nous apprend ‘’qu’’il fut une époque où l’on ne pouvait traverser le Sassandra sans apercevoir ce poisson’’.

Aujourd’hui, cette espèce a complètement disparu du fleuve ! On n’en voit même plus.’’, indique-t-il avec désolation. Le capitaine, le mormyrus, l’hepsetus odoe, l’hydro sillon sont également en voie de disparition.

« Nous avons conscience du fait que certaines de nos pratiques, ajoutés au changement de climats ont conduits à la raréfaction et à la disparition de certaines espèces », avoue Cissé Mamadou, président de l’Association des pêcheurs de Guessabo.

« C’est pourquoi nous avons décidé de créer une coopérative car nous voulons que les choses changent. Mais nous avons besoins d’aide. En Novembre 2014, j’ai participé à une formation des pêcheurs artisans continentaux aux techniques de pêches modernes initié par le Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricole (Firca). Et depuis lors, je ne cesse de sensibiliser les autres pêcheurs sur la nécessité de changer nos méthodes de travail. Nous ne sommes pas contre cela, mais la pêche moderne demande un minimum de moyens, » renchérit-il.

‘’Nous sommes à bout de souffle et manquons cruellement de moyens. C’est pourquoi, nous demandons à l’Etat de se pencher sur les problèmes des pêcheurs de Guéssabo, car ce ne sont pas les pêcheurs seulement qui se retrouveront sans activités. Ce sont des centaines de personnes qui seront privés de travail’’, s’inquiète-t-il.

En entendant que des solutions soient trouvées aux problèmes des pêcheurs de Guéssabo, la saison de pêche qui s’annonce risque d’être en deçà de celle attendue. Car l’assèchement du fleuve et la disparition des poissons gagnent du terrain au grand dam des pêcheurs.

LEAVE A REPLY