La pêche sur le fleuve Niger à l’épreuve des changements climatiques

Le pêcheur Harouna Wahari avec ses cages (PHOTO: ClimateReporters/Kané Illa)
Le pêcheur Harouna Wahari avec ses cages (PHOTO: ClimateReporters/Kané Illa)

Par Kané Illa

Ainsi que l’ont relevé plusieurs études, la pêche fait partie des secteurs les plus menacés par les changements climatiques au Niger.

S’ils ne changent pas carrément de métier, les professionnels de ce secteur ont recours à quelques techniques locales pour adapter leur activité aux effets des changements climatiques. Reportage sur le fleuve, un des principaux cours d’eau où se pratique la pêche au Niger.

Située à environ deux cent (200) kilomètres à l’ouest de Niamey et à moins d’une vingtaine de la frontière malienne, la localité nigérienne d’Ayorou est connue pour être une zone de pêcheurs.

C’est de là que Niamey et d’autres villes nigériennes étaient jadis approvisionnées en poisson.

«Maintenant Ayorou n’a que son nom. La pêche qui faisait jadis sa renommée ne marche plus. La preuve vous m’avez trouvé à la maison, alors qu’à l’époque je devais être sur le fleuve», regrette Harouna Wahari, ce pêcheur âgé de soixante-six (66) ans qui nous recevait tôt ce vendredi 25 décembre 2015 à son domicile situé à une centaine de mètres du fleuve.

«Depuis des années, poursuit-il, nous assistons à une baisse du niveau du fleuve. Les eaux ne sont plus profondes et cela ne favorise pas la reproduction du poisson. Par le passé nous vivions uniquement de la pêche. C’est avec cette activité que nous assurions la nourriture de nos familles et faisions face aux autres dépenses de nos foyers. Aujourd’hui, il nous faut mener d’autres activités parallèles pour joindre les deux bouts».

«La pêche ne nourrit plus son homme aujourd’hui», renchérit de son côté Mahamadou Ali, âgé d’une quarantaine d’années.

Lui aussi a connu les périodes fastes de la pêche à Ayorou. En plus des problèmes déjà cités par Harouna Wahari, Mahamadou Ali estime qu’il y a même une surpopulation des pêcheurs à Ayorou.

«Beaucoup d’agriculteurs et des éleveurs, dont les activités ne marchent plus à cause des sécheresses, se sont rabattus sur la pêche. En plus, ces mêmes agriculteurs et éleveurs coupent les herbes se trouvant dans les eaux du fleuve pour nourrir leurs animaux. Or, c’est de ces herbes que les poissons se nourrissent», précise-t-il.

Au niveau de la Fédération nigérienne des pêcheurs dont le siège est basé à Niamey, on s’inquiète surtout de la diminution avancée du niveau du fleuve.

«Du fait de la coupe abusive du bois le long du fleuve, nous assistons à un ensablement inquiétant de ce fleuve, du fait du sable que drainent les ravins. Vous avez des partis de ce fleuve où vous pouvez traverser à pieds à certains moments de l’année. Si rien n’est fait nous risquons de nous réveiller un jour où les activités pratiquées sur ce fleuve, comme la pêche, vont totalement disparaître», avertit Elhadj Seïni Yacouba.

Agé de soixante-quinze (75) ans, l’homme indique pratiquer la pêche dès qu’il a appris à courir.

Pour avoir participé à plusieurs ateliers de formation et de voyages d’études, Elhadj Seïni Yacouba dit avoir compris que tous les principaux problèmes auxquels fait face la pêche sur le fleuve Niger et au niveau des autres cours d’eau du pays sont liés au phénomène du changement climatique.

«Nous avons reçu beaucoup de formations et nous avons même assisté à des voyages d’études au cours desquelles on nous a expliqué les différents effets des changements climatiques sur le secteur de la pêche. Et ce sont les mêmes effets que nous constatons malheureusement chez nous au Niger. Nous sensibilisons nos collègues pêcheurs afin qu’ils comprennent cette situation et réfléchissent à des alternatives pour préserver leur activité», affirme-t-il.

Selon M. Bello Binguel, Directeur des aménagements des pêcheries et de lutte contre les plantes envahissantes à la Direction de la Pêche et de l’Aquaculture, les changements climatiques ont occasionné «d’énormes conséquences» sur la pêche au Niger dont, entre autres, la baisse de la production et la disparition de certaines espèces de poisson.

Une étude menée en 2013 par l’ONG Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE) et le Réseau Climat Développement a relevé que du fait des changements climatiques, on assiste de plus en plus à une variation du niveau du fleuve Niger.

Selon la même étude, cette situation entraine, entre autres, une réduction des zones de pêche, une diminution de la production de poissons, ainsi que celle de toutes les activités connexes de la pêche, telles que la transformation du poisson (fumage, séchage…).

Le document du Programme d’actions nationales pour l’adaptation (PANA) aux changements climatiques, élaboré en 2006, souligne aussi que «les phénomènes climatiques extrêmes, en particulier la sécheresse, ont contribué à l’assèchement des points d’eau, donc à une diminution de la production piscicole et a ensuite provoqué une baisse des revenus des pêcheurs».

S’adapter ou changer de métier?

Face aux menaces que font peser les changements climatiques sur leur activité, certains professionnels de la pêche ont tout simplement changé de métier.

Elhadj Seini Yacouba, Président de la Fédération des pêcheurs du Niger (PHOTO: ClimateReporters/Kané Illa)
Elhadj Seini Yacouba, Président de la Fédération des pêcheurs du Niger (PHOTO: ClimateReporters/Kané Illa)

C’est le cas de Mahamadou Ali qui, malgré son âge relativement jeune, s’est reconverti en agriculteur.

«Je ne me retrouve plus dans la pêche et c’est pourquoi, malgré l’amour que j’ai pour cette activité, j’ai décidé de l’abandonner, en attendant que les conditions soient plus favorables», indique-t-il la mort dans l’âme.

Par contre, d’autres ont décidé de rester dans la pêche, tout en faisant recours à quelques techniques pour faire face aux contraintes imposées par les changements climatiques.

Harouna Wahari est de ceux-là. «Depuis ma naissance je n’ai rien appris à faire d’autre que la pêche. Je ne peux donc pas abandonner cette activité. Pour faire face aux difficultés qu’éprouve cette activité, nous avons trouvé quelques astuces pour nous en sortir. Moi par exemple, j’ai changé de technique de pêche, en abandonnant les filets pour utiliser des cages. Comme le poisson est de plus en plus rare, ce n’est pas facile de le capturer en grand nombre avec les filets. Mais avec les cages c’est plus simple. Il suffit de mettre un peu d’aliments dedans et ça attire les poissons», explique-t-il.

«Nous conseillons aussi aux pêcheurs de creuser des parties du fleuve pour les rendre profondes et permettre ainsi aux poissons d’avoir des endroits propices pour mieux s’émouvoir et se développer», explique Elhadj Seïni Yacouba.

Une autre technique à laquelle ont recours les pêcheurs consiste à plonger les hameçons au fond des eaux pour capturer les rares poissons qui circulent dans le périmètre où opèrent les pêcheurs.

«Du fait qu’il n’y a pas beaucoup de poissons, la pêche à la surface des eaux n’est pas rentable. C’est pourquoi nous avons abandonné l’ancienne méthode qui consiste à placer les hameçons en surface. Maintenant nous plaçons les hameçons à quelques centimètres du sol et tout poisson qui s’aventure dans la zone a très peu de chance de s’en sortir», confie Morou Abdoulahi, un autre pêcheur basé à Ayorou.

En collaboration avec le Réseau des Journalistes pour une Pêche Responsable en Afrique de l’Ouest (REJEPRAO)

LEAVE A REPLY