Deux nouveaux cas d’Ebola en Guinée où l’épidémie était déclarée finie

Une femme décédée a été testée positive à Ebola.
Une femme décédée a été testée positive à Ebola.

Deux personnes d’une même famille sont décédées du virus Ebola dans le sud-est de la Guinée, les deux premiers cas signalés dans ce pays depuis que l’épidémie y a été déclarée finie le 29 décembre, a annoncé jeudi le gouvernement guinéen.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé via Twitter la découverte de deux nouveaux cas.

Jeudi matin, l’OMS avait proclamé l’arrêt présumé de “toutes les chaînes de transmission initiales” de l’épidémie en Afrique de l’Ouest après la fin du dernier épisode de la maladie en Sierra Leone voisine.

“Suite à l’examen des échantillons de personnes suspectes d’Ebola dans la sous-préfecture de Koropara dans la préfecture de N’Zérékoré, les résultats ont révélé la présence du virus à fièvre hémorragique Ebola chez deux personnes de la même famille”, selon un communiqué du gouvernement guinéen précisant que ces deux personnes étaient décédées avant les tests.

“Pour l’heure, il existe deux cas confirmés et trois cas probables”, selon le texte. “Les autorités sanitaires ont pris les mesures appropriées afin de circonscrire la propagation de la maladie hors de cette zone”, a ajouté le gouvernement.

Une source proche de la Coordination locale de lutte contre Ebola a précisé sous le couvert de l’anonymat qu’il s’agissait d’un couple.

“C’est un homme et son épouse qui sont décédés des suites de vomissements et de diarrhée dans cette localité qui ont attiré l’attention de la population qui à son tour a informé les services sanitaires de N’Zérékoré”, la grande ville de la région, a affirmé cette source.

“Immédiatement une équipe a été dépêchée sur les lieux pour d’abord prendre la température et éventuellement récupérer un enfant du couple, lui aussi malade qui présentait des signes inquiétants et procéder à un prélèvement qui s’est révélé malheureusement positif”, a-t-on ajouté.

L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, la plus grave depuis l’identification du virus en 1976, était partie en décembre 2013 de cette région du sud-est de la Guinée avant de se propager au Liberia et à la Sierra Leone limitrophes – ces trois pays concentrant plus de 99% des cas.

L’OMS a déclaré la fin de la transmission du virus en Guinée le 29 décembre, au Liberia le 14 janvier et en Sierra Leone jeudi, mais a mis en garde contre de nouvelles résurgences localisées.

La précédente annonce de l’arrêt de toutes les chaînes de transmission connues le 14 janvier après la fin du dernier épisode au Liberia avait été suivie quelques heures plus tard de la découverte d’un nouveau cas en Sierra Leone, déclarée une première fois exempte de transmission le 7 novembre.

LEAVE A REPLY