Un dialogue régional avec les acteurs du secteur privé pour la gestion du littoral Ouest-Africaine

Vue des participants au dialogue régional avec le secteur privé sur la lutte contre l’érosion se tient à  dans le cadre du programme WACA
Vue des participants au dialogue régional avec le secteur privé sur la lutte contre l’érosion se tient à dans le cadre du programme WACA

Par Gooré Médard ZADI

Œuvrer efficacement à la protection des zones côtières ouest -africaines contre toutes les formes d’agression, en vue de les rendre résilientes face aux défis environnementaux.

C’est tout le sens du dialogue régional sur la lutte contre l’érosion, qui s’est tenu les 27 et 28 février dernier à Abidjan-Cocody.

Ce cadre de concertation qui a réuni en partie les acteurs du secteur privé s’inscrit dans le cadre du Programme de gestion du littoral ouest africain (WACA).

Ouvrant les travaux de ces assises, le ministre ivoirien de l’Environnement et du développement durable, Joseph Séka Séka a appelé les acteurs en présence à des suggestions et des recommandations susceptibles d’engager le secteur privé dans la résilience des zones côtières ouest africaines.

Le ministre estime que « la mise en place d’un Comité consultatif du secteur privé pour la résilience des zones côtières ouest africaines serait un excellent outil de concertation et de conseil ». Professeur Joseph Séka Séka a,par ailleurs, fait mention des efforts entrepris par le Gouvernement ivoirien pour la mise en place d’un cadre législatif et réglementaire en vue de la prise en charge de l’ensemble du littoral ivoirien.

« La loi n°2017-378 relative à l’aménagement, à la protection et à la gestion intégrée du littoral, promulguée le 02 juin 2017 vient organiser toutes les activités mises en œuvre sur le littoral », a-t-il souligné.

Enfin, le ministre de l’environnement a invité le secteur privé, les communautés littorales et les organisations de la société civile à une pleine implication au processus de gestion du littoral.

Le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, a, pour sa part, a salué la tenue de la rencontre avec le secteur privé et déploré l’impact du dérèglement climatique sur de nombreuses activités industrielles, situées en partie, dans la plupart des pays, sur l’espace côtier.

« La grande majorité du tissu industriel et commercial (ports, aéroports, exploitations minière et pétrolière, hôtellerie…) des pays côtiers se retrouve dans leurs zones côtières qui subissent malheureusement les affres de l’érosion côtière exacerbée par les changements climatiques », déplore-t-il

Représentant le directeur des Opérations de la Banque mondiale, à l’occasion, Sunil Mathrani a, emi le vœu de voir ce 1er dialogue régional favoriser une collaboration fructueuse, entre les acteurs du secteur privé et la Banque Mondiale, sur la question de la protection du littoral et de l’adaptation au changement climatique.

 Aussi, rassure-t-il de l’engagement de la Banque mondiale à poursuivre ses actions de lutte contre le réchauffement climatique tant en Afrique de l’ouest que dans le reste du monde. Le financement annuel, alloué à la lutte contre le dérèglement climatique par la banque mondiale est estimé, selon M Sunil Mathrani, à plus de 10 milliards de dollars US, soit 5 000 milliards de FCFA.

Rappelons, que le programme des gestions du littoral Ouest-Africaine (WACA) vise à réduire la vulnérabilité des communautés côtières et à augmenter la résilience d’infrastructures clés aux aléas climatiques.

LEAVE A REPLY